mardi 22 septembre 2009

Le PV sur le stationnement
est bien un impôt. C.Q.F.D. !

Dans les reportages de LCI (JT de 18H du 16 septembre) et de CANAL + (L'édition spéciale du 21 septembre), M. Gérard GACHET, porte-parole du ministère de l'Intérieur, s’efforce de contredire le propos de mon ouvrage.
Je retrouve le même cliché, qu'il a tant de fois servi à l'opinion publique sur les quotas.
Bien sûr, il n'y a pas de consigne écrite (ou du moins il n'y en a plus), mais la rentabilité des services est examinée avec soin par la haute hiérarchie.
Les syndicats de police confirment d’ailleurs mes dires :

"Les chefs de service incitent toujours très fortement les fonctionnaires de police qui sont sous leur responsabilité à faire du chiffre (...) ça peut même jouer dans la notation annuelle du fonctionnaire, dans le montant de la prime aux résultats exceptionnels que le fonctionnaire peut éventuellement toucher, voire dans son déroulement de carrière (...)" (L'édition spéciale - CANAL + du 21 septembre 2009, déclaration de Philippe Capon, secrétaire général UNSA Police).

Les 40 millions de contraventions ? Chiffre fantaisiste selon M. GACHET, puisque le ministère de l'Intérieur ne recense que 20 millions de PV... à la circulation.
Où est la place des contraventions au stationnement ? Serait-ce qu’elles ne comptent pas dans les statistiques ? Ou bien encore ne sont-elles qu'une comptabilité distincte de Bercy ?
Selon ce haut fonctionnaire, j'aurais une démarche confuse ! Pourtant, que penser de l’absence de ce chiffre ?
Il s'agit bien d'un impôt sur le stationnement. C.Q.F.D. !
Impôt que se répartissent les diverses collectivités territoriales et les services de l'État, selon une instruction... du ministère de l'Intérieur.

4 commentaires:

anthony a dit…

M.Vénère,

je tiens à apporter mon témoignage concernant l'expérience que j'ai des PV sur Paris. Par simple principe d'égalité, j'ai toujours refusé de payer le stationnement, ainsi que les pv qui vont avec.

Aujourd'hui avec à peine 27 ans, j'ai totalisé pour environ 3500 € de pv de stationnement, c'est à dire plus qu'un délinquant pour délit fuite ou autre faute de civisme grave.

Le stationnement payant ne respecte en aucun cas les bases de la république qui sont comme le rappel chaque pièce que vous glissez dans un horodateur:
"Liberté Égalité Fraternité"

Concernant la liberté, je n'en vois qu'une : payer
aucune possibilité de se garer gratuitement à Paris. Au mieux un stationnement payant à 2€ de l'heure, au pire un parking à 4€ de l'heure. Les places sont inexistantes, tout est pris pour les vélib, livraisons, transport de fonds, et résidents. Aucune solution à moindre coût n'existe, si ce n'est les transports en commun, avec les galères que cela implique pour les habitants de la banlieue.

Concernant l'égalité :

Est-ce normal qu'un étudiant paye exactement le même prix qu'un pdg?

Pourquoi n'y a-t-il pas des disques de stationnement autorisé sur les places payantes pour les plus démunis?

L'impôt sur le revenu s'adapte en fonction du pouvoir d'achat de chacun, ce qui n'est pas le cas de la redevance pour le stationnement b(et la TVA accessoirement, alors que c'est l'impôt qui rapporte le plus à l'État)

Concernant la fraternité :

Je me demande ce qu'en pense les contractuelles avec qui j'ai maintes fois tenter de parlementer... aucune n'a jamais voulu entendre ma plaidoirie, elle me tournait simplement le dos pour passer à la voiture suivante.


En conclusion, je vous remercie de pointer du doigt ce qui ressemble de très prêt à du racket ou à des impôts comme vous le dîtes, et j'espère que vous continuerez le combat en montant une association contre ces pratiques abusives. Il serait je pense nécessaire d'organiser une manifestation dans Paris et les grandes agglomérations françaises pour dénoncer cet HARCELLEMENT quotidien que subissent les automobilistes.

Merci de votre combat
Un admirateur.

Philippe Vénère a dit…

C'est bien pour dénoncer cet impôt que je me suis lancé dans cette croisade, car ce sont toujours les plus démunis qui doivent trinquer.
J'espère renforcer les effectifs des associations de défense des automobilistes pour opposer un poids crédible aux pouvoirs publics et permettre d'engager dialogue...et réformes.

CAPAD a dit…

Bonjour Monsieur,
J'ai découvert votre action dans le portrait de libe . J'habite une ville de province. Au moment où la ville a institué le stationnement payant, les établissements publics(mairie, conseil général) on reservé des grands espaces fermés au centre ville réservés au stationnement des fonctionnaires qui sont les seuls à ne rien payer pour venir travailler.
On demande aux autres de laisser leur voiture à l'extérieur de la ville et de prendre une navette. Pourquoi pas eux ? avez vous évoqué ce problème dans votre livre?

Anonyme a dit…

Lorsque je travaillais sur Paris (de 2001 à 2003), je mettais de l'argent de côté pour payer l'avalanche de PV (stationnement de ma voiture le + souvent, injustes le + souvent) : environ 10 000F/an, 1800 euros aujourd'hui...

Récemment je viens de prendre 2 PV (35 euros chaque) à la suite alors que je gare mon scooter normalement sur un "parking 2-roues".

Ca tourne à la punition collective, comme avec les radars automatiques, qui mitraillent le + souvent sur de longues lignes droites bien sécurisées !...

Cela c'est sans compter le matraquage fiscale et policier sous prétexte d'écologie qu'on nous promet pour demain matin.